Un reflet honnête de la dualité émotionnelle,
un exorcisme du moi passé et un retour à mon cadavre.
Un état de mémorial difficile à décrire,
le sentiment de combattre quelque chose d'épuisant jusqu'à son cœur,
résultant en se dérober dans la peur
ou un besoin soudain de rage contre l'adrénaline.
Positif et négatif - l'un ne peut exister sans l'autre :
une exposition schizophrénique quotidienne d'images et de bruits violents envers notre
corps. Ce qu'il faut dire, c'est qu'il ne s'agit pas d'un état d'éveil,
bien plutôt un confortable état de dégoût,
un état d'hémorragie croissante sur mon amour,
si rapide et subtil qu'il semble parfois festif, mais de quoi ?
L’angoisse se libère sous forme de rire nerveux,
masqué comme un état de malheur plus poli,
mes dents tremblent continuellement.
Ça pénètre la peur pour la faire rechercher des formes extrêmes de satisfaction
temporaire, passant de l'anxiété à l'imprudence.
Il y a une énergie douloureuse qui se dégage de ces crampes
et draine ce qui reste de ma mémoire musculaire, alors que tout reste le même. Tout dans
le manque de sensualité - l'ironie dans mes spasmes physiques
fonctionne comme ma plus vraie forme de plaisir dans cette inertie :
ces glandes ont simplement épuisé trop d'eau.
An honest reflection of emotional duality,
an exorcism of the past self and a return to my corpse.
A hard-to-describe state of memorializing,
the feeling of fighting something exhausting to its core,
resulting in shying away in fear
or a in sudden need to rage against with adrenaline.
Positive and negative - one cannot exist without the other:
a daily schizophrenic exposure of violent images and noises towards our bodies.
What needs to be said is that this is no state of enlightenment,
much rather a comfortable state of disgust,
a state of a growing hemorrhage upon my love,
so swift and subtle it at points seems celebratory, yet of what?
The anxiety frees itself in the form of nervous laughter,
masked as a more polished state of doom,
my teeth continuously shivering.
It penetrates fear to make it search for extreme forms of temporary satisfaction,
moving from anxious to reckless.
There's a painful energy that exudes from this cramping
and drains what's left of my muscle memory, while everything remains the same.
All within the lack of sensuality - the irony within my physical spasms
functions as my truest form of pleasure in this inertia:
these glands have simply exhausted too much water.
 
 
 
 

BAD TO THE BONE – BLANK #4 – A VIAL OF MY SPIT AS A WARM KEEPSAKE – ACIDIC MALE

Bad to the Bone has been founded and is published by Hervé Coutin

Leads by Marie-Emmanuelle Arouet, founder of the independent label Aarte,

BLANK is a serie of podcasts which have for goal to promote contemporary, experimental and extreme music.

All visuals are selected by Vecteur Dissident.

Login

Lost your password?