"TRIGGER"



Photo : Lisa Lapierre
Modèle : Nour Beetch
Texte : Nour Beetch & Lisa Lapierre



OF MANIFESTO - “TRIGGER"



C’est à la croisée entre le cul et l’artistique que se rencontrent ces polytopies transféministes, faits de désirs hybrides, sans tabous, ni honte, où le contenu suggestif n’est, ni dégradant, ni normé mais vient éveiller les sens par l’image, les mots, le mouvement. Dans l’amour queer, se dessine une nouvelle esthétique pornographique, transgressive et alternative, où la.e modèle et photographe sont à la fois sujets du plaisir et créateur.ices de contenu. Dans une mise en scène du fantasme, à l’esthétique trash et à la portée bienveillante, OF MANIFESTO va à contre-courant de l’image de la pudeur dans laquelle on nous enferme afin de confronter les gens à la violence du monde pour transmettre la nécessité de sa transformation radicale. Une explosion des espace intimes, privés et publics pour apprendre à déconstruire, construire et reconstruire. Les performeureuses post-porn usent de leur corps comme espace d’expression politique et de leur relation intime comme processus de résistance.
Le duo d’OF MANIFESTO croise des images pulsions, des mots des auteur.ices, ceux des consommateur.ices, de l’intime, douceur, regards, feu, affranchi de la binarité, des codes de la norme, ces énergies transgalactiques se rejoignent le temps d’exciter certain.es ou d’outrer les autres.

« TRIGGER » est un voyage dans les marges dissidentes, un laboratoire érotique, de rébellion et de désobéissance à travers une subversion des normes et l’exploration d’émotions radicales.
Dans une esthétique de la violence, le corps incarne, ici, une nouvelle résistance aux limites du genre. Pour les auteur.ices c'est une sorte de catharsis contagieuse qui se déploie dans leur création, une réponse aux contraintes "cistémiques" et à son agressivité.
Hybride, démesurée, l'identité multiple mis en scène vient transgresser l'idée même du fantasme, comme une infection, trash, vulgaire, too much afin d'en faire briller la déviance. Si dans ce système nous sommes dérangeant.es, dans nos univers queers, nous venons reprendre notre place, en incarnant votre terreur, embrasant nos monstruosités, avec incandescence et un sourire sans commune mesure. Iels installent le trouble, à travers un kink violent, sexuel, au delà du genre et des frontières. Avec ce songe extravagant mêlant cyborg, dragfreak et glitter core, iels explosent les tabous dans lesquels iels ont grandit.



Lisa Lapierre
Iel explore les notions d’intimités, de fantasme et les fragiles limites de nos réalités socioculturelles à travers différents médias. La photographie, le cinéma, les textes et l’audio se croisent et se questionnent dans des installations performatives. Après avoir étudié pendant trois ans à l’école nationale d’art La Cambre à Bruxelles, iel a fondé son espace de projet et sa résidence FORESEEN, s’engageant dans sa propre voie de commissariat. Iel travaille actuellement sur ASTRO, son premier long métrage de fiction produit par Les Films de la recrée et La Team. À présenter son dernier scénario au Brussels international fantastique film festival, qu’iel développe avec Wild fangs film production. En parallèle, iel poursuit un projet collaboratif autour des représentations queers dans la pornographie (AFTER MATTER COME ENERGY & OF MANIFESTO).

Nour Beetch
Pute genderfuck, perfor(m)euse dragqueer, auteurice transfeministe et plasticien.ne du cul, Nour tente de confronter les spectateur.ices à la violence du monde pour transmettre la nécessité de sa transformation radicale. À travers des formes performatives hybrides, subversives et fugitives, iel met en scène des subjectivités politiques mêlant actions, émotions et sensations. Nour privilégie le collectif, les ressentis intimes, la nudité politique et l’espace public. Entre matière et corps, mouvements et mots, iel glisse peu à peu de l’image à la barre de pôle dance, envoûtant les spectateur.ices dans ses ressentis intimes, de façon intense et insoupçonnée. Observateurice des idéologies, militant.e turbulent.e, l’ambiance du corps transgressif prend toute la place dans ces projets, portés par l’expérience de terrain et l’anecdotique, alliant travail du sexe, anarchie relationnelle et sexualités mutantes. Ambivalent.e, iel dérange, mélange, questionne, transcende sa monstruosité et répond au désir, avec un corps multidisciplinaire et une spiritualité effervescente.

 
 
 
 
 
 

Bad to the Bone – “TRIGGER” – Lisa Lapierre & Nour Beetch

Bad to the Bone has been founded and is published by Hervé Coutin


Bad to the Bone TRIGGER- Lisa Lapierre & Nour Beetch. Bad to the Bone has been founded and is published by Hervé Coutin.
C’est à la croisée entre le cul et l’artistique que se rencontrent ces polytopies transféministes, faits de désirs hybrides, sans tabous, ni honte, où le contenu suggestif n’est, ni dégradant, ni normé mais vient éveiller les sens par l’image, les mots, le mouvement. Dans l’amour queer, se dessine une nouvelle esthétique pornographique, transgressive et alternative, où la.e modèle et photographe sont à la fois sujets du plaisir et créateur.ices de contenu. Dans une mise en scène du fantasme, à l’esthétique trash et à la portée bienveillante, OF MANIFESTO va à contre-courant de l’image de la pudeur dans laquelle on nous enferme afin de confronter les gens à la violence du monde pour transmettre la nécessité de sa transformation radicale. Une explosion des espace intimes, privés et publics pour apprendre à déconstruire, construire et reconstruire. Les performeureuses post-porn usent de leur corps comme espace d’expression politique et de leur relation intime comme processus de résistance.
Le duo d’OF MANIFESTO croise des images pulsions, des mots des auteur.ices, ceux des consommateur.ices, de l’intime, douceur, regards, feu, affranchi de la binarité, des codes de la norme, ces énergies transgalactiques se rejoignent le temps d’exciter certain.es ou d’outrer les autres.
Lisa Lapierre
Iel explore les notions d’intimités, de fantasme et les fragiles limites de nos réalités socioculturelles à travers différents médias. La photographie, le cinéma, les textes et l’audio se croisent et se questionnent dans des installations performatives. Après avoir étudié pendant trois ans à l’école nationale d’art La Cambre à Bruxelles, iel a fondé son espace de projet et sa résidence FORESEEN, s’engageant dans sa propre voie de commissariat. Iel travaille actuellement sur ASTRO, son premier long métrage de fiction produit par Les Films de la recrée et La Team. À présenter son dernier scénario au Brussels international fantastique film festival, qu’iel développe avec Wild fangs film production. En parallèle, iel poursuit un projet collaboratif autour des représentations queers dans la pornographie (AFTER MATTER COME ENERGY & OF MANIFESTO).
Nour Beetch
Pute genderfuck, perfor(m)euse dragqueer, auteurice transfeministe et plasticien.ne du cul, Nour tente de confronter les spectateur.ices à la violence du monde pour transmettre la nécessité de sa transformation radicale. À travers des formes performatives hybrides, subversives et fugitives, iel met en scène des subjectivités politiques mêlant actions, émotions et sensations. Nour privilégie le collectif, les ressentis intimes, la nudité politique et l’espace public. Entre matière et corps, mouvements et mots, iel glisse peu à peu de l’image à la barre de pôle dance, envoûtant les spectateur.ices dans ses ressentis intimes, de façon intense et insoupçonnée. Observateurice des idéologies, militant.e turbulent.e, l’ambiance du corps transgressif prend toute la place dans ces projets, portés par l’expérience de terrain et l’anecdotique, alliant travail du sexe, anarchie relationnelle et sexualités mutantes. Ambivalent.e, iel dérange, mélange, questionne, transcende sa monstruosité et répond au désir, avec un corps multidisciplinaire et une spiritualité effervescente.

Login

Lost your password?

Panier

Your cart is currently empty.