Népharites



Photos : Marie Quéau
Texte : Ernest Thau
Musique : December

 
Composé par December pour accompagner ce portfolio.
Il y a aussi les humanoïdes. Ceux-là sont les chefs, enfin c'est ce que je crois avoir compris. Ceux-là on les appelle les Népharites. Ils sont humanoïdes mais leurs proportions et certains détails de leur apparence diffèrent des nôtres. Ils sont plus grands. Leurs jambes sont plus courtes, leurs bras plus longs et plus maigres. Leurs jambes ne leur servent à rien, ils ne se déplacent pas, ils ont le don d'apparaître où ils veulent, en fait ils ne bougent pas, ils sont là, et puis en un autre endroit, et puis ailleurs, à volonté. Ils ne font pas de différence entre les différents niveaux de réalité.

Ils existent dans le monde matériel aussi bien que dans le passé, l'avenir, les rêves et même les souvenirs. Ils sont exactement là où ils veulent être. Ils sont recouvert d'un vêtement, ou d'une peau, noire et luisante. On dirait du vinyle. Quand ils tendent le bras ça produit des craquements comme du cuir, je n'oublierai jamais ce bruit. Ils tournent la tête, ils tendent le bras, ça craque. Ils en sont recouverts sur tout le corps, jusqu'au bout des doigts qu'ils ont pointus, pas exactement comme des griffes, plutôt comme si leurs mains se terminaient par cinq aiguilles épaisses.
Et cette peau ou ce vêtement remonte jusqu'au cou, au menton, à la bouche. Seule la partie supérieure de leur tête en est dépourvue. Le haut de leur tête est blanc, couvert de veines bleues, sans un seul poil, sans nez, avec juste deux yeux sans paupière, ni cil, ni sourcil, deux yeux humains.
Leurs yeux ressemblent aux nôtres – c'est ce qui fait supposer certains théoriciens que les Népharites sont des humains maudits, évolués, ou dégradés d'une manière ou d'une autre.
Ils ne parlent pas. Ils regardent, désignent, et ce qu'ils désignent tombe mort, ou devient fou, s'altère d'une façon ou d'une autre. Ils contrôlent les autres démons. Ils les utilisent. Ils se nourrissent de la peur, de la tristesse, de toutes les émotions négatives. Ce sont des sortes de vampires. Voilà comment ça se passe : ils repèrent une cible, la désignent, et les démons-insectes se collent à elle. Lui rentrent dans le corps, s'accrochent à son visage ou ses organes génitaux, ça dépend, ils ont toutes sortes de modus operendi, et la personne tombe malade physiquement, ou devient folle, ou commet des crimes, des choses horribles.
 
 
 

Népharites – Photos Marie Quéau – Texte Ernest Thau – Musique December

Space Faith. Science Fiction cycle. A quest in the deep space, feelings and nightmares. Curated by Hervé Coutin